samedi 7 juillet 2007

Petit lexique mâle du 21ème siècle

La différence avec le siècle d'avant, dans les expressions machos, c'est qu'elles font plus tousser personne : on les entend au grand jour, dans la bouche des hommes, dans celle des femmes. L'autre différence, c'est que pour les filles aussi, elles veulent dire quelque chose. Enfin, grande avancée : une fille découvre pour vous aujourd'hui que ces expressions sont en fait un PUR CLASSEMENT, de 1 à 9 sur l'échelle « mon phallus flippe ».


« Elle est bonne »
C'est un truc muet, coloré et baisable comme une poupée gonflable. Mais en plus, ça fait baver les potes.


« Une femme qu'on épouse »
C'est une poupée qui fait « oui, oui, oui-hi-hi-hiiiiiii », comme un saint-bernard sur une banquette arrière remonté pour 50 ans. Synonyme : « une femme douce » (voir Florence Foresti, « Les filles douées pour la vie à deux »).


« Un plan love »
Les seules fois où un homme entre en « plan love » avec une fille actuelle, une maman/putain, une deux-en-un - un truc inconcevable, quoi -, c'est 9 fois sur 10 un fou possessif qui s'est mis pour challenge de vous « plier », soit un paumé impressionné qui croit avoir trouvé son pilier tous usages – économique, psychologique, affectif, logistique. Epilogue : ils s'étonnent que vous ayez fui ce méga « plan love ».


« Un coup d'un soir »
C'est se retrouver au lit pour un plan à 3 : avec une fille et avec son poireau plein. Pardon, c'est se retrouver avec son poireau plein ET avec une fille au lit – oh le bol. Si en plus la fille sait qu'elle est « un coup d'un soir » - no name, no face-, c'est le super bol. En revanche, si la fille était elle aussi en chasse d'un « coup d'un soir » cette nuit-là, c'est pas du jeu, merde.


« Un plan cul »
C'est du sexe avec une fille. Pour que ça se soit installé en un « plan », cet homme ne s'est pas aperçu que le cul, même le cul pur, chez les femmes, mobilise aussi le ventre, voire plus haut, jusqu'au cerveau, en passant par le coeur. Sinon, on aurait observé un repli illico sur « un coup d'un soir » – ou deux ou trois soirs.


« Une fille qui va s'accrocher »
C'est apparemment quand il s'écoule plus d'une demi-heure entre le moment où le gars passe votre porte et celui où vous vous retrouvez avec lui dans votre lit. Une conversation et un zeste de familiarisation annoncent forcément un « plan love » POUR LA FILLE - horreur. Un autre indice alarmant pour certains est si les baisers et les caresses s'immiscent dans le « plan cul ». Certains appellent encore ça des « préliminaires » (entendre : « une tannée »). Et là aussi, ça pue apparemment le « plan love ». On ne mentionnera même pas l'audace de donner une caresse ou un baiser après qu'IL a joui. Autant le menacer d'une alliance. En clair, respecter votre propre rythme physique, ce n'est pas « votre façon de vivre un plan cul » : c'est subversif.


« Une fille indépendante »
C'est une « fille » que ses parents ont élevée comme un « être humain ». Elle croit basique et universel de rigoler la bouche ouverte, d'avoir un boulot, des amis, des opinions, des préférences, des aspirations, du respect pour celles des autres. Et même pour celles de son amoureux – même pas chiante, la fille? L'OVNI, quoi. Aucune chance.


« Une fille de la trentaine »
C'est quelqu'un qui peut A TOUT MOMENT dégainer l'horloge biologique qu'elle A dans la poche - TOUTES. Mais ça vaut 2 points, quand même. Parce qu'elle baise bien et elle travaille et elle est sexy et elle plaît à mes copains et elle est très occupée et elle a des tas d'amis et je suis pas à la hauteur j'en suis sûr et ...


« Une fille qui fait peur »
Voir « une fille indépendante », mais aussi, donc, de plus en plus, « un coup d'un soir », « un plan cul », et même « une femme qu'on épouse ». Bref, pour celle-ci, langue au chat : 1000€ à celui/celle qui m'explique.

3 commentaires:

Alexe Popova a dit…

Mh, je me demande si la fille qui fait peur, ce n'est pas avant tout une fille qui n'a pas besoin de mec. J'entends, elle peut en désirer, en aimer, mais ce n'est pas un besoin, car elle existe indépendamment de son rapport aux hommes. Celle face à qui un humain socialisé garçon ne peut pas se dire : je vais la protéger, l'aider, ... en un mot, me sentir utile et valorisé.

Yodisa a dit…

Pour compléter le commentaire d'Alexe, je verrais bien pour la fille qui fait peur celle qui va briser l'indépendance du mec sans briser la sienne....parce bonne, indépendante, capable de plan love, mais aussi d'un coup du soir, d'un plan cul....En fait une fille totalement assumée (ou ce qu'on fait croire)...là est notre force, car en général on les destabilise (d'où la peur) et ça c'est bon à prendre car on commence la relation en ayant le dessus. Cela donne plus de facilité pour vivre un quotidien...

Mais attention, car comme le dit Alexe, il faut quand même montrer quelques faiblesses sinon le mec se sent inutile...donc on peut dire qu'on est une quiche en ménage... on ne sait jamais sur un malentendu, ça pourrait marcher !!!

Yodisa

Alexe Popova a dit…

Oui le côté, chéri tu sais je suis très complexée car je ne me sens pas être une vraie femme, je déteste la vaisselle et le ménage, c'est pas mal :)