mardi 27 novembre 2007

Auto-critique

L’heure est venue de vous avouer nos fautes. Auto-critique disait Lénine, la justification de tous les crimes mais les nôtres ne sont pas des moindres car commençons par avouer l’inavouable : la cause est perdue. A vous d’en juger, lecteurs, si vous venez encore, je vais être chargée, sacrifiée à l’autel (car je n’ai pas demandé la permission) mais faut-il en passer par là, d’autres savent que j’ai une âme judéo-chrétienne, pour garder un peu d’espoir, je ne sais pas, je ne sais pas, je me contente de lever le doigt et de dire que :

Cig Harret ne poste plus rien car elle s’est maquée.

Alexe Popova poste un machin, l’efface et le reposte pour cause diplomatie interne de couple.

Jill Alameda (moi) non seulement a fini par appeler un plombier mais ne poste que très peu car ses sinistres aventures urbaines avec des crétins qu’elle se tape en dépit de tous ses discours lui bouffent pas mal d’énergie.

Seul Monierza Molia garde le haut du pavillon. Très haut.

Bonnes pour aller rejoindre la cause des femmes excisées.

10 commentaires:

Nikita Yallé-Autanhyalé-Affont a dit…

Et en plus Monierza a les couilles qui poussent, si j'en crois le "seul" dont tu l'affubles. C'est vraiment foutu.

Monierza Molia a dit…

J'ai pas encore les couilles qui poussent mais j'espère bien me faire un clito en or un jour ! Non, plus sérieusement, moi aussi je fais mon autocritique : c'est très mesquin, lâche, facile et inutile de s'attaquer à des mineurs en pleine puberté sous prétexte qu'ils représentent les mâles dans l'un de leurs aspects les plus pathétiques. Cela donne une image futile, désordonnée et aigrie des féministes dont nous sommes censées faire partie (des femmes raisonnables, intelligentes et dignes de respect quoi).

Jill alameda a dit…

Ah mince, quel lapsus...comme quoi, j'ai le masculin profondément ancré dans mon cerveau.
Monierza, tu as raison, c'est facile, mais si on ne peut plus s'attaquer aux jeunes sous ce prétexte, quelle tristesse. Pour équilibrer on peut peut-être dire aussi que les filles en pleine puberté méritent souvent deux claques. Comme ça on sera juste des trentenaires aigries.

Monierza Molia a dit…

Ah oui, c'est ça. En fait, on est juste des trentenaires aigries.

Anonyme a dit…

proposition : pourquoi ne pas taper sur les vieux cons ? ça fera de vous des trentenaires no futur.
TH

Monierza Molia a dit…

On a déjà tapé sur les vieux cons pendant toute notre adolescence. Faut varier les plaisirs. Puis bientôt ils vont crever, alors ça me semble un peu vain. Tandis que les jeunes cons, ils nous survivront, ces cons.

fournip1 a dit…

Je kiffe votre blog mais je crois qu'il est temps de passer aux choses sérieuses! Changez d'armes!
Sortez votre lutte du monde étriqué de la blogosphère.
Montez une pièce de théâtre, organisez des happenings, intentez des procès écalatants, ralliez-vous aux chiennes de garde, refusez qu'on vous tienne la porte, arrêtez de flipper dans la rue, apprenez à vous battre, refusez les codes féminins - masculins qui vous enchaînent, lancez une nouvelle ligne de mode, brûlez vous tubes de maquillage et vos sous-tifs, mettez-nous des raclées à nous les hommes, on adore ça et puis des godes dans le cul aussi. Vive la révolution féministe!

Monierza Molia a dit…

Il y a bien une chose qu'on s'abstiendra de faire : c'est suivre les conseils d'un mâle jalou. On est des féministes à deux balles, mais il y a des limites.

fournip1 a dit…

Jaloux prend un "x", un peu comme courroux.
Et puis, les lecteurs de ce blog sont-ils censés apprendre que je suis jaloux?
En outre, en quoi la jalousie est-elle un attribut masculin, en quoi, m'empêcherait-elle de faire des commentaires?
Je te salue Monierza. Je ne te connais toujours pas de vue mais je commence déjà à t'apprécier...

Monierza Molia a dit…

Je n'ai pas eu la chance d'être éduquée chez les militaires.
Les lecteurs de ce blog apprennent ce que nous voulons bien leur dire. Je n'ai jamais dit que la jalousie est un attribut masculin. Personne ne t'empêche de faire des commentaires.